Imprimer

Sr Françoise Thérèse à Soeur Marie du Sacré Coeur - 23 mai 1937

Sr Françoise Thérèse Martin à sa sœur Marie du Sacré Coeur

De notre monastère de Caen ce 23 Mai 1937

Ma petite sœur très aimée,

Voilà 62 ans en cette belle fête de la Ste Trinité et à  la même date, je faisais ma première communion, le croirais- tu? eh bien elle ne me laisse qu'un doux souvenir, il n'était pas ce jour le plus beau de ma vie, parce que mon enfance et ma première jeunesse se sont passés dans la souffrance, dans les épreuves les plus cuisantes; bénis soient tout de même ces jours, ces années passées dans les larmes qui m'ont procuré un si grand bien, puisque, moi aussi, malgré mon indignité, ô honneur ineffable! je suis devenue l'épouse de Jésus; voilà en toute vérité le plus beau jour de ma vie qui fut celui de ma Profession religieuse le 2 Juillet I900. Notre fête patronale, dites un peu, petites sœurs chéries, si je n'ai pas reçu la secrète Visitation... Et avec notre divine Mère chanté mon Magnificat.

Ma petite sœur si aimée et Marraine chérie, je te crois bien prés du Ciel, il est plus que probable que c'est la dernière fois que je t'envoie mes vœux de fête en ce triste exil, tu sais à quel point je t'aime et combien tu m'es chère, ne te fatigue pas à m'écrire puisque nos deux petites sœurs me donnent de tes nouvelles, enfin, je vis sans cesse avec mon Trio qui m'est toujours plus cher, dans mes communions quotidiennes surtout, quelle union ineffable!!! quelle fusion !!!

Toutes nos félicitations au cher Monseigneur Germain qui certes mérite à bien des titres cette honorifique distinction car son dévouement est inlassable et à toute épreuve.

Avec quel intérêt nous lisons le récit du pèlerinage thérésien à Rome, votre cher Aumônier le raconte avec tant d'onction et si pieusement; quel saint Prêtre!

A Dieu, petites sœurs tant aimées, embrassez pour moi notre Marraine chérie qui doit être bien profondément dans le coeur de son Jésus,

Sr Françoise Thérèse

D.S.B.

Marguerite Tostain est très vieillie et changée, si elle n'avait pas été avec sa sœur Hélène, je ne l'aurais pas reconnue Elle croit fermement que son mari est sauvé, je le crois aussi le bon Dieu n'est qu'amour et miséricorde, mais quel purgatoire terrible il doit avoir le malheureux!