Imprimer

Sr Françoise Thérèse à ses trois soeurs - 7 août 1937

Sr Françoise Thérèse Martin à ses trois sœurs du Carmel

V + J  ! De notre monastère de Caen ce 7 Août 1937

Très chères petites sœurs,

Je vous en supplie ne vous tourmentez pas ainsi pour cette glande qui n'est pas méchante du tout et que je veux emporter dans la tombe, elle roule sous les doigts comme une bille, ce n'est certainement pas cela qui me fera mourir, je sens que le bon Dieu ne veut pas d'opération et comme mon vœu d'obéissance perpétuel ne m'y oblige nullement, je ne veux pas en entendre parler.

Petites sœurs très aimées que votre tendresse pour moi me touche! Surement vous seriez à ma place vous ne voudriez pas non plus. J’ai subi l'opération des ongles incarnés et du genou, cela suffit à mon bonheur certes, la petite vieille que je suis peut bien exiger la faveur qu'on la laisse mourir en paix, n'est-il pas vrai? Notre Mère chérie (vraie et toujours plus Maman) me laisse absolument libre, aussi j'en profite, sûre que je suis de ne pas du tout la contrister par mon refus obstiné.

Elle est bien belle en effet la lettre du Cardinal Pacelli à Mgr, faudra-t-il vous la renvoyer?

Dans l'espérance bien fondée que j'ai de ne pas vous faire la moindre peine, Sœurs très chères, je me redis votre toute aimante petite Sr Françoise Thérèse.

D.S.B.

Au prochain voyage de Violette, s'il vous plait, lui confier un paquet d'étoffe relique pour les sachets, merci. Ce n'est pas du tout pressé, nous pouvons très bien attendre septembre