Imprimer

De sœur Thérèse de Saint-Augustin à Thérèse - mai 1893

 

De sœur Thérèse de Saint-Augustin à Thérèse.


[sans doute en mai 1893, pendant la retraite de profession de la destinatire, ou la retraite de l'Ascension]


J.M.J.T.
Je vous remercie ma chère petite Sœur de votre délicate attention, elle m'a fait beaucoup de plaisir.
Mon petit Jésus n'ayant pas une seule fleur a vu avec satisfaction les bleuets et les pâquerettes de Sa petite Sœur Thérèse de l'Enfant Jésus et cette charité si gracieuse a valu, je suis bien sûre, à la chère donatrice un des plus doux sourires de mon petit Roi.
Que la divine Fleur des champs soit de plus en plus le lien de nos cœurs ; soyons Ses petites
pâquerettes, rien de plus ravissant que la simplicité, et rien de mieux récompensé car c'est Jésus Lui-même qui se donne avec plus d'amour et de familiarité.
Priez bien pour votre petite sœur, vous comprenez ce mot et que les bras de Marie soient le lieu de notre rendez-vous. Nous y trouverons notre petit Frère, puissions-nous comme Lui recevoir la rosée virginale (citation de PN-1, composé pour elle par Thérèse) et ce baiser ravissant, présage de celui du ciel...

Retour à la liste des correspondants