Articles

Imprimer

21 novembre 1898

 

Carmel de Chartres

Nous venons de terminer la vie de votre ravissante petite sœur, et je ne puis m’empêcher de venir vous remercier du parfum d’édification qu’elle a répandu parmi nous. Sans doute, Dieu l’a comblée dès son enfance ; mais elle a répondu avec une admirable fidélité et vous avez su par la direction que vous avez imprimée à cette âme lui faire porter tous ses fruits. Sans forcer la note, elle est ravissante ! Nous voudrions voir cette vie sans cesse sous les yeux de nos novices, pour y puiser son esprit d’amour et de sacrifice.