Articles

Imprimer

21 janvier 1899

Carmel de Marriekville [Marrickville] - près Sydney, Australie.
Ma Révérende Mère, Le désir de connaître les pages édifiantes de la vie de votre bien aimée fille, avant de vous écrire, nous a fait retarder jusqu’à ce jour cette douce satisfaction ; aussi est-ce doublement aujourd’hui et d’une seule voix que nous vous en remercions, vous estimant bienheureuse, ma bien chère Mère, d’avoir possédé dans votre Carmel une âme si simple, si cachée, mais si grande en vertu, en perfection , en amour de Dieu. La lecture de ce livre nous laisse toutes embaumées d’un parfum si suave, si pénétrant que de longtemps il ne saurait s’évaporer. Votre chère et heureuse sœur attire sur ses pas les âmes vouées comme elle à la vie du Carmel ; et par des voies tout ordinaires, mais suivies avec une fidèle et constante générosité leur montre le droit et sûr chemin pour arriver au bonheur de l’éternité. Des âmes si pures, si angéliques ne sont point faites pour la terre, le bon Dieu ne les donne qu’un seul instant pour notre édification, et en quelques années Il les remplit de tant de mérites qu’à peine au printemps de la vie elles prennent leur essor pour la vraie patrie. Nous avons pris bonne note de la promesse faite par notre angélique sœur de passer son Ciel à faire du bien sur la terre. Et si sa tendre charité s’étend à tout l’univers, que ne doivent espérer ses sœurs en religion, exilées sur une terre lointaine pour y implanter l’Ordre du Carmel et par là répondre aux désirs tout apostoliques de notre séraphique Mère. Oh ! daigne-t-elle notre bien chère sœur nous donner des preuves de sa protection en aplanissant tant de difficultés qui se rencontrent pour l’établissement de cette fondation ; son désir de partir pour un Carmel à l’étranger nous donne l’assurance que le nôtre est aussi du nombre de ses privilégiées, et que ses Sœurs d’Australie deviendront l’objet de sa tendre sollicitude.