Articles

Imprimer

2 février 1899

 

Carmel d’Aire-sur-l’Adour

… Je suis bien en retard pour vous accuser réception de ce précieux livre : « Histoire d’une âme ». Cette lecture m’a touchée et ravie !.. Cette âme était un ange sur la terre, ou mieux encore un séraphin par l’amour. A part les œuvres et la Mission de notre Mère Ste Thérèse dans l’Eglise, quelle ressemblance d’âmes !!.. Vous avez été bien inspirée, ma bonne Mère, en nous donnant si vite connaissance du précieux trésor que le Ciel vous enviait et que vous avez dû lui céder. Cette vie fera du bien à beaucoup d’âmes et les encouragera dans le chemin de la vertu et de l’amour… Comme on sent le besoin de devenir meilleur quand on lit les pages délicieuses et célestes de ce livre ! Je vous félicite, ma bonne Révérende Mère, d’avoir connu cette âme et vu s’épanouir près de vous cette belle fleur du Ciel. Mais je vous trouve plus heureuse encore d’être assurée de sa protection et de ses constantes prières auprès de Dieu. J’espère que sa céleste influence s’étendra jusqu’à notre petit Carmel, où tant d’âmes seraient bien désireuses d’aimer un peu Jésus comme elle l’a aimé. Puissions-nous y arriver par son secours comme elle l’a promis