La Communion de Noël. La messe de l'aurore. Naissance de Jésus dans nos cœurs ..A tous ceux, qui le
Description:

 


La Communion de Noël. La messe de l'aurore. Naissance de Jésus dans nos cœurs ..A tous ceux, qui le reçoivent, et qui croient en son Nom, il donne le pouvoir d'être faits Enfants de Dieu. Dieu tout-puissant, qui répandez aujourd'hui sur nous la Lumière de votre Verbe incarné, faites que la foi de ce mystère qui éclaire nos esprits, éclate aussi en nos cœurs. Évangile selon saint Jean. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Toutes choses ont été faites par Lui, et rien n'a été fait sans Lui..., Il est la vraie Lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde, et la Lumière a lui dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point comprise... Le monde a été fait par Lui, et le monde ne l'a pas connu; Il est venu chez soi, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son Nom, qui ne sont nés, ni du sang, ni de la volonté de la chair, mais de Dieu même, Il a donné le pouvoir d'être faits enfants de Dieu.... Et le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous... plein de grâce et de vérité.... » Cet Évangile montre à notre entendement ravi que Dieu a franchi un intervalle immense et infini pour venir jusqu'à l'homme déchu, et pour arriver jusqu'à son cœur... Mais l'homme, malgré sa faiblesse, doit faire au moins quelques pus pour aller à son Dieu, pour répondre aux prévenances du céleste amour; il doit surtout lui ouvrir ce cœur où Dieu a doublement droit de régner, comme Créateur et comme Père. O Lumière infinie, ô Soleil de justice, me voici à vos pieds, que vous dirai-je ?... Je ne suis que ténèbres ; mais trop long­temps j'ai aimé ces ténèbres, et je ne vous ai point compris... Trop longtemps vous avez frappé à la porte de mon cœur et je ne vous ai pas ouvert. Aujourd'hui du moins, grâce aux admirables inventions de votre amour, je vous reçois... car qui ne vous recevrait, enfant divin, si doux, si plein de ten­dresse.... Mais demeurez avec moi; consommez cette nou­velle naissance que vous avez prise en moi... Je ne veux plus être ni du sang, ni de la volonté de la chair, mais de DIEU seul, par Vous et en Vous... Tous vous êtes fait chair, ô Verbe éternel ! afin que nous fussions nous-mêmes divinisés ; soutenez ma faible nature qui défaille en présence d'une si sublime destinée... Je crois, ô Jésus, que vous êtes né du Père... que vous êtes né de Marie... que vous avez pris de nouveau naissance dans mon cœur... Augmentez, affermissez ma foi, afin que je ne vive plus de ma vie na­turelle, mais de votre vie, qui est la vie du Ciel... la vie d'Enfant de DIEU. / Dom Guéranger.

Powered by FW Gallery