La vocation. Le Bien-aimé m'a dit: Viens – et je réponds: me voici! Qu'à cet objet chéri, tout soit
Description:

 


La vocation. Le Bien-aimé m'a dit: Viens – et je réponds: me voici! Qu'à cet objet chéri, tout soit sacrifié !.. puisse au dernier jour de mon pèlerinage la mort en me frappant trouver en moi l'image d'un Dieu Crucifié. Le Mystère de la Vocation. Oui, chaque jour des milliers de créatures aimées sortent des châteaux comme des chaumières, des palais comme des ateliers, pour offrir a Dieu leur cœur, leur âme, leur corps virginal, leur tendresse et leur vie.... C'est la fleur du genre humain encore chargée de la goutte de rosée qui n'a réfléchi que le rayon du soleil levant et qu'aucune poussière terrestre n'a encore ternie. Dans toutes ces nobles filles fiancées à Dieu, il apparaît quelque chose d'intrépide qui est au-dessus de leur sexe. C'est le propre de la vie religieuse de transfigurer ainsi la nature humaine, en donnant à l'âme ce qui lui manquerait dans la vie ordinaire; elle inspire à une jeune vierge je ne sais quoi de viril qui la dérobe à toutes les faiblesses de la nature... qui en fait, au jour voulu, une héroïne... mais une héroïne tendre, douce, surgissant des abîmes de l'humilité, de l'obéissance et de l'amour, pour atteindre tout ce qu'il y a de puissant dans le courage humain. Un matin, une fille bien-aimée se lève et vient de dire a son père et à sa mère : Adieu, tout est fini; je vais mourir à vous, à tout... Je ne serai jamais ni épouse ni mère, je ne suis plus qu'à Dieu... — Rien ne la retient; la voilà qui apparaît déjà parée pour le sacrifice avec un sourire angélique Fière de sa riante et dernière parure, elle marche à l'autel, ou plutôt elle y court, comme un soldat à l'assaut, pour courber la tète sous ce voile qui sera n joug pour le reste de sa vie, et qui doit être aussi la couronne de son éternité. Mais quel est donc cet amant invisible, mort sur un gibet il y a dix-huit siècles, qui attire à lui la jeunesse et la beauté... qui apparaît aux âmes avec un éclat et un attrait auquel elles ne peuvent résister?... Est-ce un homme?... Non c'est un Dieu. Voilà le grand secret, la clef de ce sublime et douloureux mystère... Un Dieu seul peut remporter de tels triomphes et mériter de tels abandons. — Ce Jésus dont la divinité est tous les jours insultée, la prouve tous les jours (entre mille autres preuves) par ces miracles de désintéressement et de courage qui s'appellent des vocations... Des cœurs jeunes et innocents se donnent à lui pour le récompenser du don qu'il nous a fait de Lui -même... et le sacrifice qui les crucifie n'est que la réponse de l'amour humain à l'amour d'un Dieu qui s'est fait crucifier pour nous... / Montalembert.

Powered by FW Gallery