Bouquet de Noël. DES FLEURS ADMIRABLES ONT GERMÉ SUR NOTRE TERRE.  Tout était mort en Adam...Tout re
Description:

 


Bouquet de Noël. DES FLEURS ADMIRABLES ONT GERMÉ SUR NOTRE TERRE.


Tout était mort en Adam...Tout renaît en Jésus-Christ. Du Ciel, ce Sauveur bien-aimé est descendu dans la boue, et se relevant avec notre nature, Il nous emporte avec Lui jusqu'au Ciel !... Et le fils de Dieu s'est fait fils de l'homme, afin que le péché d'Adam pût être réparé. ... Après la chute, il y avait donc Dieu dans le ciel... et il y avait l'Homme sur la terre      et entre eux un abîme que le péché rendait tous les jours plus profond ... Et, à un certain moment, pour que l'abîme ne fût pas infranchissable, et que la créature pût se réconcilier avec son Créateur, il y eut l'Homme Dieu — C'est le Mystère du Fils de Dieu fait homme pour relever l'Humanité. Tombée de son trône, déchue, misérable, l'Humanité ne pouvait pourtant se passer de Dieu !... Pendant 4,000 ans elle l'appelait de ses cris les plus lamentables, les plus persévé­rants ; Mais le Dieu dont elle avait besoin, c'était un Dieu qu'elle pût entendre, qu'elle pût voir, qu'elle pût toucher, auquel elle pût s'unir tendrement et sensiblement... C'est-à-dire un Dieu incarné ! C'était l'attente d'Adam, d'Abel, de Noé, d'Abraham, de Job, de Moïse, des prophètes ; o'était la première partie du chant sublime de David : Que la terre s'entrouvre, et qu'elle germe le Sauveur !... Car l'Humanité se disait : Je suis de Dieu, je suis faite pour Dieu et je traîne mes jours dans la misère tant que je ne l'aime pas... Mais, je ne puis pas l'aimer si je ne l'entends pas, si je ne le vois pas, si je ne le touche pas Qu'il vienne donc, qu'il paraisse, qu'il me montre son visage pour ravir mon cœur, et je l'aimerai... — Dieu l'a fait !... et il a été aimé... Un jour, en effet, ces soupirs de l'Humanité eurent un écho dans le cœur d'une Vierge humble et pure qui était notre sœur. Et dans ce cœur immaculé ils prirent une intensité telle qu'ils attirèrent enfin Dieu sur la terre. — Le grand mystère de l'Incarnation s'accomplit à Nazareth... N'est-ce pas de là..... de ce grand jour de l'Incarnation du Sauveur, du baisement de ses pieds, du repos sur son cœur, que sont sortis toutes les Vierges, tous les Apôtres, tous les Martyrs, toutes ces âmes qui foulent la terre d'un pied dédai­gneux et qui montent maintenant jusqu'à Dieu ?... Tout avait péri par la chair de l'Homme. — Tout se relève et se transfigure dans la chair du Christ... car nous avons entendu cette parole de sa bouche : à celui qui croit en moi, et qui me reçoit, je donne le pouvoir de redevenir enfant de Dieu.

Powered by FW Gallery