L'entrée Dans Le Coeur De Jésus. Entrer au plus profond et n'en jamais sortir! L'âme pénétrant dans
Description:

 


L'entrée Dans Le Coeur De Jésus. Entrer au plus profond et n'en jamais sortir! L'âme pénétrant dans les profondeurs de la double nature du Christ par l'union et la contemplation. Qui ne chercherait là son repos à jamais! L'hiver a disparu. Levez-vous, ma Bien-aimée, ma colombe et venez vous cacher dans la caverne du rocher. Qui vous goûte, Jésus, de vous reste affamé ! Qui vous boit à longs traits veut s'enivrer encore Et le désir brûlant qui toujours le dévore C'est de tenir étreint votre Cœur bien-aimé. Même, il voudrait entrer Car là s'ouvre et s'étend De la Divinité le bienheureux abîme L'âme enchaînée au corps veut du moins par sa cime, plonger en ce beau ciel et s'y perdre un instant. Le bon Maître sourit à ce désir d'amour Et répondant au cri de l'âme ardente et pure: Viens, dit-il, ma colombe; entre par ma blessure. Du bonheur incréé je t'ouvre le séjour. » A ces mots il étend ses caressantes mains, Et porte vers son cœur la colombe chérie Elle entre. O joie immense !. .O véritable vie ! Je te possède donc, ô doux trésor des Saints! O vie, il te fallait à mon cœur altéré ! Partout je te cherchais sans pourtant te connaître Mais un instinct secret, appel du divin Maître, Me guidait vers le bien qui m'était préparé. Quel mystère profond s'accomplit en ce lieu. Deux esprits sont donc là dans une douce étreinte De leurs feux se croisant ils ressentent l'atteinte. Et l'âme peut respirer, embrasser et voir Dieu. Mais quel est ce Soleil? c'est l'âme de Jésus Elle brûle et rayonne au centre de l'abîme. Tout son parfait s'y trouve en un degré sublime; Seule; elle suffirait a ravir les élus. Hélas! l'heure a sonné de songer au retour. La colombe descendrais mais toute transformée. D'un double feu là-haut elle s'est enflammée. Le désir de souffrir et le divin amour. Viennent les grandes eaux. Elles n'éteindront plus Son amour pour le Christ. L'âme veut pour lui plaire, être foulée aux pieds, avoir part au Calvaire. Il lui faut atout prix les douleurs de Jésus. Qui vous goûte, Jésus, de vous reste affamé ! Qui vous boit à longs traits veut s'enivrer encore. Et le désir brûlant qui toujours le dévore, C'est de porter la croix comme son Bien-aimé.

Powered by FW Gallery