Noël. heureux celui qui n'est pas sourd à l'appel du Seigneur.
Description:
From Marie de Gonzague to TH – 10th January 1889

Keepsake of a fine day. O dear fiancee of the Beloved, let us give him everything and his love for us will be abundant.To my darling child, Sr. Thérèse of the Child Jesus and the Holy Face.

Her Mother Marie de Gonzague

 


Noël. heureux celui qui n'est pas sourds à l'appel du Seigneur. Les divines visites de la nuit de Noël : il passe, il s'arrête!. . .O bonheur... Il vient demeurer chez moi! Le saint temps de Noël. - " .... Dans les jours de l'Avant, le Sauveur s'en va frappant à la porte de toutes nos âmes, tantôt d'une manière sensible, tantôt d'une manière cachée. Il vient leur demander si elles ont place pour lui, afin qu'il naisse en elles. Mais, quoique la maison qu'il réclame soit à lui, puisqu'il l'a bâtie et la conserve, il s'est plaint que les siens ne l'ont pas voulu recevoir; au moins le plus grand nombre d'entre eux. — « Quant à ceux qui l'ont reçu, il leur a donné de devenir enfants de Dieu, et non plus les enfants de la chair et du Sang. » Préparez-vous donc à le voir naître en vous plus beau, plus radieux, plus fort encore que vous ne l'avez connu, ô vous, âmes fidèles, qui le gardez comme un dépôt chéri, et, qui, dès longtemps, n'avez point d'autre vie que sa vie, d'autre cœur que son cœur, d'autres œuvres que ses œuvres. Pour vous, qui l'aviez déjà en vous, mais sans le connaître, qui le possédiez, mais sans le goûter, dilatez vos portes pour le recevoir dans sa nouvelle entrée. Il revient avec une nouvelle tendresse ; il a oublié vos dédains : il veut renouveler toutes choses. Faites place à l'Enfant divin; car il voudra croître en vous. Le moment approche : que votre cœur donc se réveille ; et dans la crainte que le sommeil ne vous ait surpris quand il passera, veillez et priez. Et vous chrétiens, pour qui la bonne nouvelle est comme si elle n'était pas, parce que vos cœurs sont morts par le péché ; soit que cette mort vous retienne dans ses liens depuis lon­gues années, soit que la blessure qui l'a causée ait été plus récemment portée à votre âme : voici venir Celui qui est la vie. « Pourquoi donc voudriez-vous mourir?.,.. Il ne veut pas la mort du pécheur, mais bien qu'il se convertisse et qu'il vive ; » La grande fête de sa Naissance sera un jour de miséricorde universelle pour tous ceux qui voudront bien lui donner entrée. Ceux-là recommenceront à vivre avec lui ; toute autre vie antérieure sera abolie, et la grâce surabondera, là même où avait abondé l'iniquité. Ne soyez donc pas sourds à la voix du Seigneur qui se tient à la porte et qui frappe.... Priez Marie de vous aider à le recevoir, et votre cœur pauvre comme l'étable, deviendra par elle et avec elle, un sanctuaire agréable à Dieu. / dom Guéranger : l'Année liturgique.

Powered by FW Gallery