Print

Comment utiliser ce site ?

Ce site est construit pour des milliers d'utilisateurs différents, aux besoins uniques.

Les oeuvres de Thérèse

On peut y lire les oeuvres de Thérèse, en continu. Il est possible d'examiner en même temps son écriture. On peut observer, par exemple, comment son graphisme s'altère lorsqu'elle écrit à telle période, ou à tel correspondant. Il faut regarder aussi la couleur du papier et de l'encre, qui indiquent souvent la date de rédaction. Dans la correspondance LT (les lettres de Thérèse), on ne peut qu'être touché par la pauvreté des papiers utilisés, surtout pour les lettres de la dernière année.

On appelle ces papiers des "fac-simile." L'ensemble des fac-simile de Thérèse mis en ligne est une invitation lancée à tous d'aller à la source et de s'y pencher. Alors s'ouvrira pour vous un nouvel espace derrière les textes de Thérèse, de sainte Thérèse. Il faut allier ses textes lus et très connus avec ces papiers pauvres, déchirés, couverts d'une graphie si éloquente. Cela nous oblige à traverser notre connaissance de Thérèse pour rencontrer une autre Thérèse. C'est le projet général de cette gigantesque première section du site.

 

En famille

Comment les Martin-Guérin ont-ils vécu... On peut s'en approcher à travers des photos de personnes et de lieux, dont certains sont très rares. Une autre manière de les toucher est de lire tranquillement les 1200 lettres échangées par la famille et  les proches et les amis. Lire lentement, en suivant les aventures et anecdotes diverses narrées par les uns et les autres - tous des proches de Thérèse.

On peut aussi se pencher sur un évènement particulier pour le travailler en explorant tout le matériel présenté: la scolarité des filles, leurs premières communions, la maladie de Thérèse à 10 ans.

Une autre approche est de consulter leur bibliothèque, dont plusieurs titres seront déposés avec leur contenu intégral chaque mois - grâce au travail de numérisation. Lire les livres lus par les filles Martin et commentés en famille, cela contribue à s'approcher de leur imaginaire. Rien ne vaut aussi, pour cela, les oeuvres d'art. Consulter lentement le porte-folio des fusains des filles ou des premiers tableaux de Céline vaut des milliers de mots.

 

Au carmel

Le carmel, ce milieu clos par excellence. Comment y entrer?...   Quelques clés sont proposées.

La fondation du monastère, avec un récit ancien, haut en couleurs, qui montre bien qu'il s'en est fallu de peu qu'il n'y ait pas de monastère à Lisieux. Le ton du récit est celui de quelqu'un qui n'en revient pas que cela ait pu réussir! Une fois l'idée de fonder acquise, il y a l'achat des terrains, la construction, etc. un descriptif des phases importantes pour tout bâtiment d'envergure. Les détails proviennent de nos anciennes chroniques.

Nous proposons ensuite un tour des lieux - comme il y a 100 ans. Se déplacer sur un plan, repérer les pièces connues via les textes de Thérèse, en contempler les photos, voir les statues ou le mobilier qui s'y trouvaient : une aventure en soi. L'aventure peut se terminer par la contemplation des objets de la vie courante au carmel à la fin du XIXe siècle: pauvres témoins d'un univers tout à fait autre.

Mais le carmel, c'est d'abord une aventure en équipe: allez rencontrer les compagnes de Thérèse, celles qui ont avec elle pavé la petite voie.

Aventure en équipe mais surtout aventure intérieure : quatre sections tentent d'esquisser ce processus. Les textes de base, tous lus et intégrés par Thérèse et ses consoeurs. Puis une présentation de l'oraison carmélitaine, appuyée sur les fondateurs du carmel. Enfin, l'Office divin célébré chaque jour, et le long fil du travail, qui traverse toutes ces vies.

Comme pour la famille, on peut consulter la bibliothèque communautaire, lire (et chercher) le texte des circulaires entendues au réfectoire par Thérèse, se pencher les jours de fêtes derrière chaque soeur pour lire quel petit mot elle a tiré et recopié, pour s'en inspirer.

 

Après 1897

Depuis la mort de Thérèse, deux explosions majeures l'ont fait connaître: ses textes et ses  photos. Ces deux éléments sont présentés en détail: la construction puis la diffusion de Histoire d'une âme puis celle de l'image de Thérèse.

L'Histoire d'une âme, c'est découvrir la fabrication du texte initial, partager sa réception avec les premiers lecteurs, scruter les différentes éditions & traductions, tout cela avant les colossales éditions critiques.

Quant à l'image de Thérèse, c'est toute une histoire, l'histoire de ses représentations. Des premiers fusains et tableaux (réalisées par Céline et d'autres), avec la fixation du canon iconographique du crucifix et des roses, jusqu'aux centaines de copies et plagiats qui ont suivi!

Cette Thérèse lue et vue a un impact: elle opère des merveilles dit-on. On présente donc quelques Pluies de roses, incluant la 1ère guerre. Puis l'histoire de sa sainteté. On peut se promener doucement dans les Procès pour en comprendre le travail, pour saisir ce qui aboutira à la Béatification puis à la Canonisation de Thérèse. 

Il est possible également de suivre tout cela par la bande, en lisant la correspondance échangée entre les proches de Thérèse après sa mort. Des centaines de lettres qui fourmillent d'anecdotes et d'information sur la gloire de Thérèse.

 

Retour à la page d'accueil.

 

 

Print

In the Archives of the Carmel of Lisieux - the official website of the Little Flower

 
TH-4

Welcome to the Archives of Saint Therese of the Child Jesus

Doctor of the Church !

It contains everything you need to find out more about Therese, allowing you to look deeper into her work and the genesis of her thinking. As you will discover, the young Carmelite of Lisieux had the genius to make use of the texts, documents, images and objects of her time. Living with them and nourishing herself with them, she transformed them and was able to create a written work that is valuable for all periods and times. By presenting you with all of these treasures, we move from conservation to conversation.



Don't worry if you happen upon French

English translations are added as they are done, on an ongoing basis.

 

...it will soon be translated - 85% done.

It is possible to get a rough translation by copying and pasting text into Google Translator.

works   en famille eng
read the full texts of Thérèse   
 
 
get to know the two families
in carmel   after 1897
discover the carmel
  follow Thérèse after 1897
Petit texte d'introduction de la rubrique, présentant son contenu. Une dizine de ligne.
                     
                     
photos famille        

photos-monastere

        47photos
little-way         habitENG         dentellePUB-E
                   
 
português          italiano  
       

englishon

           deutsch          español
polski                                         русский                                          lietuviškai
 
 
 
 
 
 
Print

Ms A 86r

I will forever sing the mercies of the Lord!...

Coat of arms of Jesus and Thérèse

 

Days of Grace, granted by the Lord to his little spouse

 

Birth January 2 1873 Baptism January 4 1873 Smile of the Blessed Virgin May 1883 First Communion May 8 1884 Confirmation June 14 1884 Conversion December 25 1886 Audience with Leo XIII November 20 1887 Entrance into Carmel April 9 1888 Clothing January 10 1889 Our great riches February 12 1889 Canonical examination Benediction of Leo XIII September 1890 Profession September 8 1890 Taking of the veil September 24, 1890 Offering of myself to Love June 9 1895


 

© Washington Province of Discalced Carmelite Friars, Inc

 

 

Print

Ms A 85v

Thérèse's Explanation of the Coat of Arms She Designed and Placed at the End of Manuscript A

[85v°]

The blazon JHS is the one Jesus deigned to bring as a dowry to his poor little spouse. The orphan of Beresina became Thérèse of the CHILD JESUS and the HOLY FACE— these are her titles of nobil­ity, her wealth, and her hope. The vine that divides the shield in two is again [5]the image of Him who deigned to say to us: "I am the vine and, you are the branches, I want you to bear much fruit. The two branches surrounding the Holy Face and the little Jesus are the image of Thérèse herself who had only one desire: that of offering herself as a little cluster of grapes to refresh the child Jesus, to amuse Him and let herself be pressed by Him according to [10]his whims, as well as to be able to quench the ardent thirst He felt dur­ing his passion. The harp again represents Thérèse who wanted to sing eternally melodies of love to Jesus.

The blazon FMT is that of Marie-Françoise-­Thérèse, the little flower of the Holy Virgin, thus this little flower is represented re­ceiving the beneficial rays of the Gentle Morning Star. The verdant land represents [15]the blessed family in whose heart the little flower grew up; further away is seen a mountain that symbolizes Carmel. On her coat of arms, Thérèse chose this blessed spot to present the flaming dart of love that was to merit for her the palm of martyrdom until she could truly shed her blood for Him whom she loves. For, in order to respond to all the love of [20] Jesus she would desire to do for Him what He did for her ... but Thérèse is aware that she is only a weak reed, thus she has put one on her blazon. The luminous tri­angle represents the Adorable Trinity who never ceases to bestow its inestimable gifts on little Thérèse's soul, thus she will always gratefully remember this motto: 'Love is repaid by Love alone. "

 

 

© Washington Province of Discalced Carmelite Friars, Inc

 

 

More Articles...